Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur cette plateforme. Vous y trouverez les analyses et commentaires de l'actualité internationale et régionale, réalisés par le Dr. Sali Bouba Oumarou.

Investir dans le coton. Le sport power : une nouvelle niche diplomatique pour le Maroc ?

 

 La malheureuse candidature du Maroc à l’organisation de la coupe du monde contre le trio américain (Canada, États-Unis, Mexique) a, en plus de dévoiler l’image d’une Afrique mature, capable de rivaliser avec les puissances établies, permis au candidat africain de récupérer au passage les dividendes immatériels de son engagement continu dans la diplomatie de créneau. Il a pu accroitre sa visibilité et promouvoir ses atouts à l’international. Il a également pu élargir, même symboliquement, la circonférence de ses relations internationales. Plus que tout, cette enième aventure a favorisé l'etoffement de l'assiette diplomatique du soft power du Royaume Cherifien. Est-il possible, au vu de l’investissement continu de cet État dans la diplomatie douce, d’avancer que le Sport Power représenterait l’avenir de sa diplomatie ?

Le constat de la crise de la puissance dans son sens traditionnel a permis de tirer une leçon importante en relations internationales : la maitrise des enjeux auxquels sont confrontés les Etats doit passer par d’autres formes de puissance ou canaux, susceptibles de correspondre aux caractères peu ou prou intégratifs ou encore transnationaux de la société internationale contemporaine. Le soft power est apparu, à ce moment-là, comme une alternative sérieuse. Urbi et orbi, il a été proclamé comme l’avenir des relations extérieures. La résistance, la porosité et la cherté du fer et de la poudre auraient ainsi perdu de la valeur au profit de la douceur du coton. Partant de ce constat général, il est effectivement possible de dire que le soft Power sportif marocain naissant pourrait représenter l’avenir de sa diplomatie. Du reste, ce nouvel horizon diplomatique élargit les possibilités et les moyens d’action du royaume chérifien à l’échelle internationale. Il permet au bassin collecteur des analystes et de l’attention des citoyens ordinaires de s’intéresser avec singularité au "pouvoir" de seduction et d'influence de cet État d’Afrique. Il pourrait incarner à proprement parler une synthèse du réalisé et du réalisable, du souhaité et du souhaitable, sur le plan diplomatique pour un Etat ne pouvant prétendre à un statut de puissance accomplie, du moins dans l’immédiat.

Logo officielle de la candidature marocaine à l'organisation de la coupe du monde 2026

Cependant, toute raison gardée, il n’est pas soutenable, dans un monde où la diplomatie ou très généralement les relations internationales sont très souvent réduites à la capacité à échanger avec les seules alliées, qu’un seul créneau, fut-il rassembleur de citoyens et politiques de moult bords, porte à lui seul toute la diplomatie d’un État. Qu’on le veuille ou non, les moyens et instruments classiques d’expression et de manifestation de la puissance occuperont toujours une place fondamentale, même en arrière-plan, dans le kaléidoscope de l’action diplomatique des États. Rien de nouveau à l’horizon :  cette réalité était déjà présente dans l’antiquité où les cités-États menaient des trêves au nom du sport ; cela semble rester le cas dans l’arène internationale actuelle où la puissance ne saurait se défaire de ses attributs matériels. La mise en avant d’une voix au chapitre des relations internationales par le canal de la puissance douce se réalise en gardant un point d’équilibre au niveau des autres ressources de puissance, permettant d’allier polissage d’une image à l’extérieur des frontières et préservation par des moyens tangibles de ses intérêts nationaux. Il faut donc comprendre que l’avenir dont on fait allusion en répondant positivement à l’interrogation de départ n’est pas en terme exclusif, mais bien inclusif dans ce sens où le créneau diplomatique sportif ne vient que renforcer dans une certaine harmonie les autres créneaux porteurs de la diplomatie marocaine.

source de l'illustration: http://www.points.tn/2015/02/obama-lart-dalterner-le-hard-power-et-le-soft-power/

 

Toutefois, il importe de relever que son trait particulier réside dans sa lourdeur de sens en termes de promotion d’image et sa capacité à créer, à travers un flux continu et intense d’informations élitistes ou populaires, une jonction, quasi interrompue, entre l’espace continental et l’espace mondial. Il suffit de jeter un coup de projecteur sur  les differentes manifestations sportives continentales ou internationales organisées ou acceuillies par le Maroc pour s'en convaincre. Que ce soit les coupes du monde des clubs de la FIFA en 2013 et 2014, le Championnat d’Afrique des Nations en 2018, le Championnat du monde de Judo de 2018, etc, les grands rendez-vous sportifs abrités par le Maroc, au cours de la decennie ecoulée, ont favorisé une visibilité croissante de cet État à l’échelle internationale, consolidé son image sur le plan continental, mais également projété son rayonnement au quatre coins du monde. Sans surfaire, le soft Power sportif marocain a pour ainsi dire substantiellement étendu l’image du pays ; pour la dernière candidature à l’organisation de la coupe du Monde, il a été possible de remarquer une couverture exceptionnelle de la candidature marocaine par les médias de moult bords sur les différents continents, en particulier en Afrique.

Au final, l’investissement dans la diplomatie douce, ou plus précisément en misant sur les spécificités et les différences de cette dernière semble, à tous les coups, apporter un plus dans la gibecière, même en cas de vent défavorable. Cependant,il ne faudrait pas tomber dans un angelisme aveuglant; Il faudrait souligner qu’atteindre des objectifs conscients ou inconscients à travers le soft Power n’est pas toujours aisé. Si le sport power est indéniablement un créneau porteur, cette forme de puissance est assez fragile, volatile et à double tranchant. La surexposition à laquelle conduit par exemple cette dernière peut, au-delà de policer une image, inspirer crainte à « l’extérieur » et attirer des critiques « sur l’intérieur ». Autrement dit, la surexposition qui accompagne tous types de soft power pourrait être perçu dans le pire des cas comme une forme de stratégie hégémonique moderne et pourrait également conduire à un intérêt accru sur les déficits des politiques internes des États usants à l’excès de cette corde diplomatique. Comme quoi, même l’investissement dans le coton à ses contraintes et ses risques.  

Dr. Sali Bouba Oumarou, le 23 juin 2018.

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Dr. Sali Bouba Oumarou

Analyser, décrypter et écrire: une passion qui meuble mon temps.
Voir le profil de Dr. Sali Bouba Oumarou sur le portail Overblog

Commenter cet article