Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur cette plateforme. Vous y trouverez les analyses et commentaires de l'actualité internationale et régionale, réalisés par le Dr. Sali Bouba Oumarou.

L’indemnisation des victimes du terrorisme en Afrique : entre timide consécration formelle régionale et persistance des pratiques alternatives nationales

Chers lecteurs, nous vous proposons ci-dessous l’introduction de notre article publié dans le vol 10 n°1 dec. 2020, de la revue africaine sur le terrorisme.Il peut être mis à votre disposition sur simple demande! Bonne lecture.

L’indemnisation des victimes du terrorisme en Afrique : entre timide consécration formelle régionale et persistance des pratiques alternatives nationales

 Résumé : Les victimes du terrorisme, et, plus singulièrement, les questions de leur devenir et de leur accompagnement ne font pas l’objet d’une attention récurrente dans les études et analyses sur le terrorisme. Or, plusieurs principes à l’instar du principe d’indemnisation de ces derniers sont désormais consacrés à l’échelle internationale. La présente réflexion entend résorber cet écart en procédant, à gros trait, à une analyse de la consécration du principe d’indemnisation des victimes du terrorisme au niveau régional (Afrique) et aux alternatives mises en œuvre dans les échelons nationaux. La conclusion fondamentale de cette analyse est la nécessité de l’inscription du principe d’indemnisation des victimes du terrorisme dans les législations nationales, conformément aux dispositions pertinentes des cadres conventionnels régionaux.

Mots clés : Etats ; indemnisation ; Victimes ; Terrorisme ; Union Africaine.

Introduction

 Dans les réflexions sur les formes de violence, le terrorisme se démarque et se conçoit, toujours comme une violence hétérogène atypique (Deffarges, 2003), particulièrement sérieuse, voire « totale » (Sommier,2002). On reconnait à cette dernière la capacité de pouvoir mettre en péril les collectivités organisées (Gozzi et Laborde, 2005). Le caractère singulier de cette violence qui se décline sous diverses formes parcourt largement le vocabulaire des nombreuses acceptions proposées par les auteurs et les cadres stricts (nationaux et régionaux) pour l’appréhender : ici et là, on souligne son caractère exceptionnel (Gozzi et Laborde, 2005) ; on dévoile quelques-uns de ses vecteurs animés par des intentions clairement criminelles, créatrices de préjudices et dommages multiformes. Le terrorisme est alors globalement perçu comme une violence politique rationnelle, coercitive, calculée, démonstrative et directe ayant des cibles et des buts précis (Schmid, 2011,86).

Bien évidemment, il s’agit là d’un tableau significatif et important de cette violence hétérogène qui, s’il ne met pas fin aux interminables joutes académiques sur une conception unique du terrorisme, a le mérite de mettre en lumière les invariants identifiables lors de la manifestation des facettes récurrentes de cette violence. Il met notamment en lumière le lien consubstantiel qui existe entre les vecteurs du terrorisme, l’acte terroriste, les objets et/ou les cibles de cette violence, puisque l’existence même et les trajectoires potentielles des acteurs et des actes terroristes sont conditionnées par leurs objets et leurs cibles. Sans pouvoir d’une violence exceptionnelle sérieuse, entrainant préjudices multiformes, et donc des victimes, il n’existerait pas, à priori, de terrorisme ! Par voie de conséquence, une focalisation de la réflexion sur les victimes du terrorisme ne saurait être quelque chose de surprenant.

Les victimes des actes terroristes qu’on considèrera, dans le cadre de la présente analyse, comme tout individu ayant subi des préjudices ou dommages du fait d’actes qualifiés de terroristes par les cadres stricts continentaux ou nationaux, font, de toute évidence, l’objet d’attention dans les études sur le terrorisme (Gozzi et Laborde, 2005). Lorsque vient le moment de mettre en lumière la gravité de tel ou tel acte terroriste ou de relayer les informations à l’opinion publique sur le terrorisme, les victimes de cette violence hétérogène apparaissent spontanément, au grand jour, sous forme de chiffres ou d’individus « déshumaniser » 1 , dépossédés donc de leurs dignités. Mais, contrairement aux auteurs, aux causes, aux motivations et réponses politiques aux actes qualifiés de terroristes qui occupent de manière autonome, et ce, sur le temps long, une part prééminente dans ces études (Lum, Kennedy et Sherley, 2006 : 8), les victimes du terrorisme et, plus particulièrement, les questions de leur devenir et de leur accompagnement, ne font pas l’objet d’une attention similaire et d’un traitement particulier. Ainsi, la question de l’accompagnement des victimes du terrorisme en Afrique constituerait l’angle mort des études et analyses sur le terrorisme. Pourtant, à l’heure où le continent, de l’est à l’ouest, du nord au sud, connait des vagues d’actes terroristes et leurs lots de victimes, il semblerait tout à fait cohérent et important de s’intéresser aux modalités de leur accompagnement. C’est tout l’intérêt de la présente analyse dont le focal repose sur le principe d’indemnisation désormais reconnue par les Nations Unies et d’autres organisations internationales, à l’instar de l’Union Européenne et l’union africaine, comme un des besoins des victimes des actes terroristes. Une telle entreprise théorique peut valablement reposer sur une approche analytique se nourrissant de matériaux issus d’un processus de triangulation permettant de constater que cette pratique d’accompagnement des victimes de terrorisme, dont les modalités seront déclinées tout au long de cette étude, a connu, sous l’influence des organisations internationales extracontinentales, une consécration délicate dans les cadres conventionnels régionaux. Ce qui place le niveau régional en avance par rapport aux échelons nationaux où on observe une absence de consécration formelle et directe de ce principe. La primauté et toute l’attention semblent toujours être accordées à des pratiques alternatives n’offrant pas de réels droits et garanties d’accompagnement aux victimes du terrorisme.[...] 

Dr. Sali Bouba Oumarou.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Dr. Sali Bouba Oumarou

Analyser, décrypter et écrire: une passion qui meuble mon temps.
Voir le profil de Dr. Sali Bouba Oumarou sur le portail Overblog

Commenter cet article