Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur cette plateforme. Vous y trouverez les analyses et commentaires de l'actualité internationale et régionale, réalisés par le Dr. Sali Bouba Oumarou.

Les enfants des rues au Maroc.............

 

SOCIETE : LES ENFANTS DES RUES DU MAROC ...QUELS AVENIRS ?

Article publié dans le magazine Zoommag Vol 2.01 du 15 janv au 15 fevrier 2009


« Chemkara », au Maroc, «FacMan » au Senegal, « Nanga » au Cameroun, « Katmis » à madasgascar, tels sont les quelques noms  empreints de mépris et d'odeur de deliquance, utilisés pour désigner le phénomène social que l'on nomme par « enfants des rues ».

Ces noms inscrits dans la conscience populaire, ne sont pas nés ex nihilo. Ils essayent de réunir l'ensemble des étiquettes attribuées à cette catégorie sociale : délinquance, prostitution, voyous, drogués etc.

Toutes les rues des grandes métropoles de notre pays sont un refuge pour ces enfants, qui n'ont pourtant pas pour géniteurs la rue, et dont la question de l'avenir reste posée.



Gare routière, gare ferroviaire, marché, alentours de supermarché, sont autant de lieux ou l'on est susceptible de rencontrer les « enfants de la rue » dans la journée. La nuit tombée, il faut se diriger vers des milieux  éloignés des regards tels des maisons abandonnées, des parkings à ciel ouvert ou même des égouts pour voir comment vivent ces enfants.


Dans la seule ville de Casablanca on estime à prés de 5000 le nombre d'enfants livrés à eux même.ils sont tout simplement l'alfa et l'omega de leur vie qui est un perpétuel combat.

Ces enfants livrés à eux même entre dans une autre phase de socialisation, la socialisation par la rue. Ces enfants nés d'une et d'une mère, sont contraints  d'intérioriser des valeurs et des normes dictées par la vie de la rue. Valeurs et normes qui modulent leurs comportements dans la société.  

Il n'est nul besoin de rappeler que l'environnement urbain auquel est exposé les enfants de la rue participe d à la transformation des comportements et des réactions de ces enfants qui par la force des choses deviennent des adultes précocement.


La loi de la rue se débrouiller pour   survivre

 

Comment les enfants de la rue font ils pour vivre ? Plus encore, comment font-ils pour survivre ?

Pour avoir une réponse à cette interrogation, il suffit d'être un peu attentif et d'observer avec minutie ces derniers dans la rue.

Dans la journée, la majorité des enfants de la rue sont de véritables agents économiques d'un autre genre. Ils sont des vendeurs de sacs plastiques, des cireurs, des chargés du nettoyage des autobus dans les gares routières, des vendeurs de cigarettes etc. Pour les plus paresseux, il reste l'option de la mendicité. Ils se contenteront de devenir de véritables mendiants professionnels mettant au point des techniques de mendicité égalant les techniques de marketing moderne. Ils ne le font  pas par envie ou plaisir mais par nécessité et obligation. La nécessite de survivre dans la jungle urbaine.

Les fruits de ces efforts sont généralement engloutis dans la drogue, l'alcool ou des excitants qui permettent aux enfants de la rue d'oublier le temps d'un instant leurs misères. Mais très vite ces drogues poussent les enfants de la rue à devenir à la nuit tombée, une menace sociétale. Sous l'emprise des drogues et excitants en tout genre, ils commettent facilement des vols, des viols, ou pire encore des meurtres. Bref, ils entravent les lois  de la société dans laquelle ils ne se reconnaissent plus.

 

La nuit, l'instant de tous les dangers


A la nuit tombée, les enfants de la rue font face à deux grands types de danger. Un danger interne venant de la « tribu » des enfants de la rue et un autre danger venant des institutions sociétale chargé de la sureté des biens et des personnes.

En effet, ce qu'on pourrait appeler « tribu »des enfants ne recouvre pas un caractère homogène, mais plutôt une pluralité caractérisée par des luttes intestines entre forts et faibles.

Les âgés et les plus forts d'entre ces enfants, se permettent d'imposer leurs lois aux plus petits qui dans bien des cas sont contraints d'accepter cette domination, en recevant en contre partie une protection contre d'autres enfants de la rue. Les différents rapports produits par l'Unicef dans notre pays, concernant le thème des enfants de la rue, dévoilent de manière explicite, les différentes formes de ces luttes intestines entre enfants de la rue : Raquettes, viols, meurtres ; tous les moyens sont bons pour imposer sa loi et se faire entendre.

D'un autre coté, les enfants de la rue, font face à la menace policière qui voit en ces enfants des délinquants en puissance. Cette situation d'insécurité pousse les enfants de la rue, du moins les plus faibles à se cacher dans des lieux à l'abris des regards comme des égouts, ou des maisons abandonnées pour dormir et ne pas être pris par la police ou tout simplement se retrouver en face de véritable malfrats.

Ils dorment à plusieurs, les uns blottis sur les autres pour se protéger du froid. Ils portent sur eux, des vêtements qui n'ont pas vu la couleur de l'eau depuis for longtemps. Pour ces enfants, l'hygiène n'existe pas. C'est pourquoi l'espérance de vie des enfants de la rue est très faible.



Enfants avant d'être enfants de la rue.


Il va sans dire, qu'aucun enfant sur terre n'est né enfant de la rue, mais l'est devenu.

Dans notre pays, les causes principales répertoriées par le gouvernement et le tissu associatif travaillant dans le domaine, renvoient à l'essentiel aux différents maux qui minent la structure familiale Marocaine à l'instar des divorces, de la maltraitance des enfants en passant par leurs exploitations économiques.

Mejatti Alami, dans son rapport « Le travail des enfants »pour le compte du Bit /Maroc, retient comme cause principal de cette mobilisation économique des enfants, le caractère complexe de l'enchevêtrement entre le traditionnel et le moderne au Maroc, qui entraine dans son sillage une confusion entre domaine économique et familiale.

Par ailleurs, les caractéristiques socio démographiques des enfants mobilisés dans le secteur économique au Maroc sont dominées par l'analphabétisme de cette catégorie de « pseudo » travailleurs, une situation familiale précaire qui conduit inéluctablement à la confusion entre la sphère domestique et la sphère du travail.

Dès lors l'enfant finit par acquérir la culture de la rue qu'il finira par rejoindre définitivement un jour.

Les divorces et les maltraitances sont aussi des causes non négligeables de la prolifération du phénomène des enfants de la rue au Maroc.

Dans ces situations d'instabilité familière, l'enfant se retrouve désormais sans repères. Si les proches parents ne viennent pas au secours de ce dernier, il se voit contraint de trouver lui-même des repères pour donner sens à son existence. Et la rue toute généreuse lui en offre.


Quel avenir pour les enfants de la rue ?


Potentiels SDF de demain ? Mendiants professionnels ?

L'avenir des enfants de la rue reste posé. Si certains de ces enfants ont des rêves bien tracés à l'instar de ceux de Tanger dont le rêve commun est de partir en Europe via l'Espagne, pour les enfants de la rue des autres villes du Royaume, l'avenir se vit au jour le jour.

Les enfants des rues de Tanger se mirent tous les jours sur les eaux de la méditerrané qu'il espère traverser un jour clandestinement pour rejoindre l'Europe et réaliser leurs rêves au péril de leurs vie. Ils font fi des nombreux efforts que deploit le tissu associatif pour les mettre en garde des dangers que représente cette entreprise. « Les enfants de la rue à Tanger ne savent qu'une chose .L'Espagne. Nous essayons tous les jours de leur faire comprendre les multiples dangers qu'ils courent. Nous les accueillons et leurs offrons des repas et des lieux ou dormir. Ils mangent et ils dorment en pensant à l'Espagne ».

Le mal s'avère être profond, dès lors une réponse sociétale globale serait de mise. Loin de penser que ce problème concerne les seuls acteurs institutionnels gouvernementaux et non gouvernementaux, la question des enfants de la rue dans notre pays pose un véritable problème de fond lié à la sécurité sociétale et prend des allures d'un impératif  de développement humain.

Enfants de la rue hier, enfants tout simplement demain, tel doit être le credo devant animer l'action en faveur de cette catégorie sociale. Sans enfants, il n'est pas possible d'imaginer un futur meilleur car « le monde ne nous a pas été légué par nos parents mais il nous a été prêté par nos enfants ».

 

                                                                                                                         Oumarou sali bouba





Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Dr. Sali Bouba Oumarou

Analyser, décrypter et écrire: une passion qui meuble mon temps.
Voir le profil de Dr. Sali Bouba Oumarou sur le portail Overblog

Commenter cet article