Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur cette plateforme. Vous y trouverez les analyses et commentaires de l'actualité internationale et régionale, réalisés par le Dr. Sali Bouba Oumarou.

Frederic Bastiat et la "pétition des fabricants de chandelles"...contre le soleil

Article assez sympathique publié par le lepoint.fr

 

Frédéric Bastiat et la "Pétition des fabricants de chandelles"

Le Point - Publié le 13/01/2012 à 11:11 - Modifié le 13/01/2012 à 11:33

L'économiste défend avec éloquence le libre-échange dans une lettre aux députés en 1845.

En 1846, l'économiste et homme politique français Frédéric Bastiat crée à Bordeaux l'Association pour la liberté des échanges (Ale). Soutenue financièrement par les négociants bordelais, elle publie une série de brochures en faveur de la liberté commerciale, organise des réunions publiques auxquelles participe Lamartine. Mais, très vite, raconte l'historien David Todd, elle subit la contre-attaque de l'Association pour la défense du travail national (ADTN), favorable au protectionnisme et qui rallie la quasi-totalité des patrons de l'industrie, la majorité des agriculteurs et même une partie du commerce maritime. Jouant sur la fibre anglophobe, dénonçant la tentative faite par l'Ale "pour naturaliser en France cette importation anglaise" qu'est le libre-échange, l'ADTN remporte, au bout de quelques années, une victoire idéologique écrasante auprès des élites du pays et de l'opinion publique.

 

En 1845, Frédéric Bastiat avait publié, pour dénoncer les méfaits du protectionnisme, sa célèbre Pétition des fabricants de chandelles" adressée à MM. les députés. "Nous subissons l'intolérable concurrence d'un rival étranger placé, à ce qu'il paraît, dans des conditions tellement supérieures aux nôtres, pour la production de la lumière, qu'il en inonde notre marché national à un prix fabuleusement réduit ; car, aussitôt qu'il se montre, notre vente cesse, tous les consommateurs s'adressent à lui et une branche d'industrie française, dont les ramifications sont innombrables, est tout à coup frappée de la stagnation la plus complète. Ce rival, qui n'est autre que le soleil, nous fait une guerre si acharnée que nous soupçonnons qu'il nous est suscité par la perfide Albion, d'autant qu'il a pour cette île orgueilleuse des ménagements dont il se dispense envers nous. Nous demandons qu'il vous plaise de faire une loi qui ordonne la fermeture de toutes fenêtres, lucarnes, abat-jour, contrevents, volets, rideaux, vasistas, oeils-de-boeuf, stores, en un mot de toutes ouvertures, trous, fentes et fissures, par lesquelles la lumière du soleil a coutume de pénétrer dans les maisons, au préjudice des belles industries dont nous nous flattons d'avoir doté le pays, qui ne saurait sans ingratitude nous abandonner aujourd'hui à une lutte si inégale. (...) Et d'abord, si vous fermez, autant que possible, tout accès à la lumière naturelle, si vous créez ainsi le besoin de lumière artificielle, quelle est en France l'industrie qui, de proche en proche, ne sera pas encouragée ?"

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Dr. Sali Bouba Oumarou

Analyser, décrypter et écrire: une passion qui meuble mon temps.
Voir le profil de Dr. Sali Bouba Oumarou sur le portail Overblog

Commenter cet article